Janine...

C’était ma grand-mère... Les aiguilles, un de ses outils de travail dans lesquels je baignais étant enfant. Ma grand-mère était couturière et, jusqu’à l’âge de 12 ans, j’étais entièrement habillée « made in Janine ». J’essayais de coudre et même de tricoter pour faire comme elle. Le tricot ne m’a pas passionné et, il faut bien le dire, je n’étais pas très douée. Le tissu me plaisait d’avantage et je m’essayais régulièrement à quelques travaux simples. Je n’ai pas poursuivi le chemin des aiguilles professionnellement, et, aujourd’hui, ce sont les aiguilles qui m’ont rattrapé. Mon nom commercial m’est venu comme une évidence.

Les Aiguilles de Janine, c’est tout d’abord l’envie d’avoir ma propre entreprise. J’ai commencé à réaliser des bracelets en tissu cousus à la main que j’offrais à mes proches. Puis, les premières commandes sont arrivées. Les matières utilisées se sont diversifiés : dentelle, perles, cuir, métal. L’argent, les perles fines et le cuir composent mes collections au fil des saisons. Autodidacte au départ, j’ai suivi des formations en bijouterie afin d’améliorer la qualité de mes créations et approfondir mes techniques de fabrication.
Outre la fabrication et la créativité, une petite entreprise, c’est aussi la gestion, la communication et le marketing. C’est une belle aventure familiale qui naît : mon mari a la communication et créateur du site web, mes filles, au marketing virale et à la pose photo.

Mes sources d’inspiration

Tout d’abord, mes filles : 3 blondes vénitiennes de 20 ans, 16 ans et 9 ans. Elles donnent leurs avis sur les créations et inspirent de nouvelles idées. Elles jouent aussi les modèles.
Ma deuxième source d’inspiration, c’est la région d'origine de mon mari : la Provence. C’est une magnifique région : les couleurs, le vert des oliviers, le bleu du ciel, les tissus, les paysages entre champs d’oliviers de fruits et petite montagne, les marchés emplis de couleurs et de senteurs, la Camargue, la tauromachie, les flamants roses, les arlésiennes.

Scroll to top